« Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain »
signifierait qu’il ne faut pas oublier l’essentiel

Et l’essentiel, c’est la liberté financière

Vous avez, déjà, une activité salariée, vous êtes VDI, auto-entrepreneur, entrepreneur individuel…
et vous vous lancez dans le marketing de réseau…

Le piège du débutant est qu’il se sépare, sans attendre, de tous ses bons acquis ou qu’il les néglige pour se lancer dans une toute nouvelle aventure entrepreneuriale qui le séduit de ses promesses…

Mais, le MLM, c’est de la vente de services ou de produits ;
cette activité, qui engendrera des revenus, sera, également, à l’origine des charges que tout entrepreneur a à débourser, à la mesure du statut qui lui correspond.

Se séparer, sans réelle vision stratégique et financière, des sources de revenus acquises n’est pas la façon la plus sûre et la plus sereine d’installer une nouvelle entreprise, quelle qu’elle soit.

Toute nouvelle entreprise demande un temps de formation, de travail, voire, des investissements (cartes de visite, blog et site internet, achat d’images…) et le temps calendaire de se faire connaître (et reconnaître).
Les revenus pérennes ne se manifestent pas instantanément sur le compte bancaire du débutant, dès son entrée dans le monde étincelant du marketing de réseau. Les revenus du MLM se construisent sur la durée, dans la persévérance et à la mesure de la réussite du marketeur de réseau en ce domaine.

Pérenniser ses revenus, construire sa liberté financière

Recevoir un salaire ou un revenu, le temps de voir et de se positionner, est un bon moyen de pouvoir rester en place et d’avancer, en conservant, toujours, une corde de rappel qui permet au débutant de tenir dans la durée. Le nouvel entrepreneur en marketing relationnel aura, ainsi, le temps de bâtir son réseau et il verra, au moment où les revenus tirés du MLM seront nettement plus importants que ceux qui lui viennent, chaque mois, par ailleurs, s’il est pertinent ou non de faire un choix. À ce moment, seulement, il pourra faire le choix d’opter pour du marketing relationnel en activité principale, et encore…, cela dépend de son activité en MLM et de la durée de vie de cette activité, car la durée d’une entreprise est… relative.

Faut-il envisager un plan B ? Un plan de secours ?
Un nouvel article au sujet de ce fameux Plan B sera en ligne cette semaine.

Mais si le nouvel entrepreneur en MLM est, actuellement, en recherche d’emploi, par sécurité et de mon point de vue personnel, il serait bon de persévérer, également, dans la recherche d’un emploi stable, en parallèle, de ne pas tout miser dans un même panier, pour ne pas risquer de se trouver démuni.

Est-ce une impression ?
Mais les meilleurs marketeurs de réseau que je côtoie ont, pour une grande majorité d’entre eux, un travail salarié (dans lequel ils se plaisent) ou sont installés à leur compte, souvent, depuis plusieurs années, déjà.
Les leaders, eux, qui ont, déjà, leurs revenus, confortables et assurés, sont à 200 % dans leur activité MLM.

De même, je suis rédactrice Web SEO depuis 2002 et j’ai une boutique en ligne dans le domaine du Bien-Être.
Mon activité en marketing relationnel, que je suis en train de développer depuis 2012-2013, se construit, en parallèle, mais de façon très régulière, car mon attente en ce domaine est de monter une activité bien installée sur la durée et la performance, d’acquérir et d’affiner mon expertise dans ce domaine bien spécifique du MLM.

Prendre le temps, oui, mais en tirant profit du temps, car le temps peut se révéler être un facteur positif et nécessaire.

Me contacter, en savoir plus sur mes réseaux, me rejoindre :
Isabelle de Novion
06 01 33 22 79

[contact-form-7 id= »794″ title= »contact-mlm »]